Agathe Dru, 1998

La pratique du dictionnaire


Enseigner la langue

Niveau :  École élémentaire (CE1, CM2)

Mots clés : Lecture, Production de texte, Vocabulaire


Introduction

Approche théorique

Le dictionnaire à l’école primaire

Approche pratique

Créer des définitions

Conclusion


Introduction

« La maîtrise de la langue conditionne toute la réussite scolaire et constitue le fondement de l’insertion sociale et de la liberté de réflexion. »

Ainsi, l’apprentissage de la langue est d’une importance capitale. Il faut donc donner à chaque enfant les moyens qui lui permettent d’être armé face au monde de l’écrit. Or, je constate souvent que des difficultés de lecture apparaissent lorsque les enfants ne comprennent pas le vocabulaire employé.

Ainsi, un des outils indispensable pour maîtriser la langue est le dictionnaire ; d’ailleurs les instructions officielles préconisent son utilisation aux cycles 2 et 3. Cependant, le dictionnaire est plutôt considéré par les enfants comme un objet rébarbatif que comme un outil précieux. Alors, comment faire rentrer le dictionnaire dans les habitudes des enfants ?

Lorsqu’un enfant nous demande quelle est l’orthographe d’un mot, quel est son sens, nous lui répondons souvent : « cherche dans ton dictionnaire. » Cependant, ceci ne peut être véritablement positif que si nous avons précédemment expliqué aux enfants comment on utilisait le dictionnaire, pour quoi faire... Il faut donc accompagner les enfants dans cet apprentissage et leur donner le goût de la recherche et de l’autonomie.

Pour ce faire, nous allons nous interroger successivement en première partie sur la notion de dictionnaire, sur sa place et son rôle à l’école primaire. Nous nous demanderons aussi quel dictionnaire il faut utiliser avec les enfants et, nous étudierons ensuite dans une seconde partie les activités qui auront permis aux enfants de s’habituer au dictionnaire.

Approche théorique

La notion de dictionnaire, qu’est-ce qu’un dictionnaire ?

Le dictionnaire, si on se réfère au Larousse, est défini de la façon suivante : (du latin dictio, mot) Recueil de mots rangés par ordre alphabétique et suivis de leur définition ou de leur traduction dans une autre langue. Comme nous le verrons plus tard, il est important d’apprendre aux enfants à ne pas se contenter de la définition d’un seul dictionnaire mais de multiplier les ouvrages de recherche. L’idée sera de montrer aux enfants que quelque soit le dictionnaire, son fonctionnement est identique et que le savoir qui est transmis, même s’il varie quelque peu dans sa formulation, est identique.

Ainsi, si nous prenons maintenant le Petit Robert, nous trouvons cette définition : recueil de mots rangés dans un ordre convenu qui donne une définition ou des informations sur les signes. On peut déjà constater que le dictionnaire, de par les éléments de sa définition, peut être considéré comme un type d’écrit particulier.

Un type d’écrit particulier

Le dictionnaire est un écrit que l’on pourrait qualifier d’informatif. C’est un ouvrage didactique qui tend à communiquer un certain savoir. Cependant, ce savoir est organisé de façon précise.

Tout d’abord, sa forme lui confère une spécificité et son volume est souvent une des causes de son rejet de la part des enfants. Cela sera vite surmonté lorsqu’on leur aura appris à s’en servir. Ensuite, l’entrée dans ce savoir est structurée par l’ordre alphabétique et par une organisation spécifique .

Le dictionnaire à l’école primaire

A quoi sert le dictionnaire ?

Lorsque l’on pose la question aux enfants, ceux-ci répondent que : « le dictionnaire sert à chercher la définition d’un mot que l’on ne connaît pas .» Cependant, les enfants ne limitent pas le dictionnaire à cet usage courant, ils fournissent d’autres réponses : « on peut chercher l’orthographe d’un mot et ses synonymes. »

Ceci correspond tout à fait aux attentes des instructions officielles quant à l’usage du dictionnaire; celles-ci stipulent que : « les enfants doivent savoir donner des définitions précises d’un mot, trouver le sens d’un mot dans un dictionnaire et l’utiliser efficacement pour vérifier l’orthographe et se corriger. » Il faut mettre l’élève en possession de l’instrument de recherche qui lui évitera de rester désarmé, s’il est seul devant un mot nouveau ....C’est le rôle du dictionnaire ; cependant sa véritable utilité est d’être un moyen permettant de développer l’autonomie de l’enfant. En effet, apprendre aux enfants à avoir le réflexe dictionnaire est essentiel.

L’importance de l’usage du dictionnaire à l’école primaire n’est plus à démontrer. Ces bénéfices sont considérables et marquent à jamais le comportement de l’enfant face à cet ouvrage. Claudie Bert résume le rôle du dictionnaire comme suit : « ce qui apparaît, c’est que le dictionnaire joue deux rôles distincts : il sert d’outil au service de la langue, mais il apporte aussi une ouverture sur le monde, une réponse à toutes les curiosités, une invitation au rêve. »

Maintenant, se pose le problème suivant : quel dictionnaire utiliser à l’école primaire ?

Quel dictionnaire choisir ?

Dictionnaire classique ou dictionnaire jeunesse ?

En fait, il est important de proposer aux enfants lors de leur découverte du dictionnaire, un ouvrage attrayant et adapté à leur âge. Il ne faut pas utiliser des ouvrages qui dès le départ ne donnent pas envie aux enfants de s’en servir. Une fois que les enfants auront compris le fonctionnement du dictionnaire ainsi que son utilité, on pourra alors leur proposer les dictionnaires classiques.

Une autre question se pose maintenant : faut-il que les enfants travaillent tous sur les mêmes dictionnaires ou au contraire sur des exemplaires différents ?

Un ou plusieurs dictionnaires ?

Il semble plus bénéfique pour les enfants de ne pas travailler sur les mêmes dictionnaires, quand cela est possible. En effet, il faut habituer l’enfant à effectuer ses recherches dans différents dictionnaires. Il faut montrer à l’enfant, en lui faisant chercher la définition d’un même mot dans deux dictionnaires différents, que quelque soit le dictionnaire, le savoir transmis est identique, et que lorsque l’on sait chercher dans l’un, on sait chercher dans tous les dictionnaires.

Nous avons ici considéré que le dictionnaire à utiliser était un dictionnaire papier, mais pourquoi ne pas utiliser les dictionnaires disponibles sur ordinateur?

Dictionnaire papier ou informatique?

Le choix entre ces deux types de support pour le dictionnaire permet de mettre en place une pédagogie différenciée. Certains enfants font un blocage dès le départ sur la simple forme du dictionnaire : il a un volume impressionnant.

Ainsi, le support informatique peut être un moyen pour que les enfants entrent dans ce type d’ouvrage, en comprennent son fonctionnement... Et en jouant sur l’aspect ludique qu’offre l’ordinateur, amener l’enfant à prendre conscience que le dictionnaire n’est pas un ouvrage compliqué, mais tout au contraire un ouvrage simple avec lequel on peut jouer et qui s’avère être d’une immense utilité... L’enfant sera capable, ensuite, d’utiliser le support papier. Il faut se servir des différents outils qui nous sont offerts et ce, dans le but d’aider l’enfant dans ses acquisitions.

Approche pratique

Le dictionnaire est un outil précieux et indispensable pour la maîtrise de la langue. Cependant, les enfants le considèrent comme un ouvrage rébarbatif et peu attrayant et n’ont guère envie de l’utiliser au premier abord.

Alors comment faire rentrer le dictionnaire dans leurs habitudes puisqu’il est le moyen d’armer les enfants face au monde de l’écrit ? Cela nécessite un apprentissage.

Cet apprentissage s’effectuera dans le temps et se décomposera de la manière qui suit. Il faut apprendre aux enfants à se servir d’un dictionnaire, c’est-à-dire : savoir le manipuler, savoir chercher la définition d’un mot selon son contexte, connaître sa structure, créer des définitions, savoir l’utiliser pour développer son imaginaire...

Le dictionnaire ne doit plus être un mystère pour les enfants, au contraire, il faut leur donner la possibilité de se l’approprier.

Ainsi, les séquences que j’ai mises en place, essaient de répondre aux besoins des enfants en ce qui concerne le dictionnaire.

Ces séquences ont été effectuées dans un double niveau, CE1-CM2, à Boissy Saint-Léger. Je tiens à remercier Annick Serris, leur maîtresse, pour son aide et son accueil.

La manipulation

Il s’agit d’habituer les enfants à manipuler le dictionnaire et de vérifier qu’ils maîtrisent l’ordre alphabétique, ce qui est indispensable pour s’en servir.

On jugera la capacité des enfants à se repérer dans le dictionnaire et à s’en servir vérifier l’orthographe d’un mot. On donnera aux enfants les moyens d’y rechercher efficacement des mots.

L’idée sous-jacente de cette activité est de fournir des stratégies de recherche aux enfants afin qu’ils ne soient pas perdus lorsqu’ils se retrouveront seuls face au dictionnaire. En ayant appris en s’en servir, les enfants ne seront pas effrayés par cet ouvrage volumineux.

L’activité est menée avec les CE1, pendant 30 minutes. Je propose aux enfants de nombreux exercices de manipulation. Les enfants doivent chercher à quelles pages se trouve une liste de mots, quel est le mot qui vient juste avant et juste après un mot proposé, quel est le premier mot commençant par A.

Les enfants travaillent par deux, le nombre de dictionnaires étant restreint. Les enfants se sont servis du Robert Junior.

Les enfants savent-ils se repérer et chercher dans le dictionnaire?

Pour rechercher à quelle page se trouve un mot dans le dictionnaire, les enfants n’adoptent aucune stratégie de recherche. Ils ouvrent le dictionnaire à une page et ensuite tournent les pages les unes après les autres pour trouver enfin le mot, ce qui paraît relever du hasard pour eux. De plus, ils ont énormément de mal à situer une lettre par rapport à une autre, c’est à dire qu’une fois qu’ils ont ouvert leur dictionnaire, ils se demandent si le mot qu’ils recherchent, se trouve avant ou après ; ils sont obligés de s’aider de la bande des lettres accrochée dans la classe.

On constate donc qu’il faut aider les enfants à trouver une méthode qui leur permettrait de rechercher de manière beaucoup plus rapide. En effet, laisser les enfants chercher ainsi, ce qui est très long et très ennuyeux, les amènerait à refermer directement leur dictionnaire.

Comment utiliser le dictionnaire pour vérifier l’orthographe d’un mot ?

Les enfants ont été confrontés à ce problème. J’avais demandé aux enfants de chercher le mot autoroute. Un seul enfant a fait le lien entre autoroute et automobile. Les autres enfants ont d’abord cherché à la lettre o, ensuite à ho, eau.. et certains m’ont même dit que le mot n’était pas dans le dictionnaire. J’ai donc proposé aux enfants pour le mot suivant, hippopotame, de noter sur une feuille toutes les graphies du son i, et de chercher ensuite le mot. Les enfants ont bien trouvé le mot cette fois.

Apprendre aux enfants à utiliser le dictionnaire pour vérifier l’orthographe d’un mot, c’est les encourager à devenir autonome dans le domaine de l’écrit.

J’ai aussi constaté que les enfants, une fois concentrés sur le travail de recherche, oubliaient le rôle du dictionnaire. En effet, j’avais demandé aux enfants de trouver le mot rabâcher. Certains m’ont demandé en ayant le mot sous les yeux ce qu’ils voulaient dire. Ils n’ont pas eu le réflexe de lire sa définition. Ils avaient répondu à la consigne et leur travail s’arrêtait là.

Toutes ces activités sont indispensables pour aider les enfants à développer des stratégies de recherche.

Cependant, j’aurais dû choisir de meilleurs supports pour ces exercices. En effet, il aurait été beaucoup plus bénéfique pour les enfants de travailler sur leur propre mot, sur les mots qu’ils auraient utilisés par exemple en expression écrite : cela les aurait beaucoup plus impliqués.

Le sens d’un mot en fonction de son contexte.

Cette activité est le prolongement de la séance précédente. Les enfants savent trouver un mot dans le dictionnaire, mais il faut leur apprendre à lire une définition.

Le but de cette séance est d’amener les enfants à prendre conscience que le sens d’un mot dépend de son contexte et que le dictionnaire, pour un même mot, peut offrir plusieurs définitions.

Il faut que les enfants sachent trouver le sens d’un mot dans le dictionnaire, et pour ce faire, il faut leur en donner les moyens.

L’activité est proposée aux CM1. Les enfants travaillent par groupe de deux . Ils utilisent le Robert Junior. Je distribue aux enfants une feuille sur laquelle est inscrite la phrase suivante :

« je suis allée acheter une glace chez le glacier. »

Analyse

Les enfants savent-ils donner la définition d’un mot en fonction de son contexte ?

Les enfants trouvent sans problème le mot glacier. Cependant, les difficultés apparaissent par la suite. En effet, le mot glacier est polysémique, et la plupart des enfants ont relevé la définition suivante : « grand champ de glace en montagne formé par l’accumulation de couches de neige ». ( cf annexe 4 ) Certains enfants ont même relevé les deux définitions.

J’ai donc demandé à certains enfants de lire la définition qu’ils avaient trouvée et là, les enfants ont réagi. Ils se sont rendu compte d’eux-mêmes de leurs erreurs. En fait, les enfants étaient en fait concentrés sur la recherche du mot. Une fois qu’ils ont eu trouvé le mot, les enfants ont pris la première définition qui s’offrait à eux et n’ont pas lu la suite. Ils ont décontextualisé le mot glacier et ils n’ont pas du tout fait attention au sens du mot. De plus, le mot glacier est un mot dont le sens est connu des enfants. Les enfants auraient été capable de le définir correctement sans le dictionnaire. Là, les enfants se sont précipités sur le dictionnaire sans réfléchir à ce qu’ils recherchaient.

Ce qui est aussi assez surprenant, c’est le cas des enfants qui ont relevé les deux définitions. Ils se sont bien rendu compte que le mot glacier était polysémique, mais ils n’ont pas du tout essayé de trouver le sens qui convenait.

La structure du dictionnaire

Pour faire suite à l’activité précédente où les enfants avaient commencé à découvrir la structure d’une définition (lorsqu’un mot à plusieurs sens, on numérote les définitions), je propose maintenant d’étudier plus en détail une définition.

Il s’agit de faire comprendre aux enfants l’organisation d’un article (que trouve-t-on dans une définition ? des abréviations, des différences de caractère...) et surtout de leur expliquer ce que cela signifie. Ensuite, il s’agit de leur montrer que le dictionnaire n’est pas constitué uniquement de définitions, mais qu’il existe aussi des planches thématiques : celles ci se recherchent comme un mot. Enfin, on s’interrogera sur la nature des noms contenus dans les dictionnaires. (noms propres, noms communs)

En fait, il est important d’expliquer aux enfants, la structure du dictionnaire : cette non-explication pourrait être un barrage lors de leur accès au dictionnaire.

Déroulement

L’activité est menée dans un premier temps avec les CE1 et ensuite avec les CM1. Cependant, les objectifs sont les mêmes pour les deux niveaux. Les enfants travaillent toujours par deux et avec le Robert Junior.

Au départ, je propose aux enfants une activité d’observation et de reconnaissance. Je leur distribue des fragments de page et les enfants doivent retrouver celui qui correspond au dictionnaire.( cf annexe 6) Je leur demande ensuite de justifier leur choix. Ensuite, nous étudions plus en détail les définitions de brioche et glacier. Enfin, je distribue aux enfants une planche thématique sur les insectes et je leur demande de la compléter.

Et pour terminer la séance, je demande aux enfants de chercher les mots suivants : hamburger, Versailles, Coca-Cola et roller. Pour cette activité, certains enfants ont travaillé sur le Petit Larousse.

Analyse

Les enfants connaissent-ils l’organisation d’une définition?

Retrouver les fragments qui provenaient du dictionnaire n’a posé aucun problème aux enfants. Les enfants choisissent le second fragment et justifient leur choix en disant « c’est écrit en gras. », ce à quoi je réponds : « mais pour le premier, il y a aussi des caractères gras. » Ensuite, les enfants donnent les bons arguments : « il y a d’abord un mot et ensuite sa définition. », « il y aussi des exemples. », « il y a des mots qui ont plusieurs définitions, elles ont des numéros. ». Les enfants ont bien repéré les caractéristiques d’une définition. On peut donc maintenant étudier plus en détail les éléments constituant la définition brioche.

Je demande aux enfants de m’expliquer ce que l’on y trouve. Les enfants me répondent que le mot brioche est écrit en rouge, ensuite que l’on trouve après un n et un f. Les enfants s’interrogent sur leur signification et je leur suggère de consulter le mode d’utilisation du dictionnaire.

Les enfants repèrent que n et f correspondent à la catégorie grammaticale. Par discussion collective, les enfants trouvent la solution : n signifie nom et f, féminin. En fait, on nous donne la nature et le genre du mot. Ensuite, on a la définition du mot brioche suivie d’un exemple. L’exemple est écrit en italique. Je demande aux enfants de me préciser la différence entre la définition et l’exemple. Pour les aider, je leur suggère de regarder si le mot brioche est employée dans la définition et dans l’exemple.

Les enfants arrivent à la conclusion suivante : dans une définition, on n’emploie jamais le mot que l’on définit, par contre dans l’exemple, on l’utilise.

Trouve-t-on uniquement des définitions dans un dictionnaire ?

Pour le mot brioche, les enfants avaient constaté qu’il y avait un dessin. On introduit ici la notion de planche thématique avec les enfants. Dans un dictionnaire, on ne trouve pas seulement des définitions, il y a aussi des illustrations qui nous donnent des renseignements. Je donne aux enfants la planche thématique sur les insectes.( cf annexe 8) Ils doivent la retrouver et la compléter. Certains enfants tournent les pages de leur dictionnaire une à une en espérant trouver la bonne page. D’autres enfants recherchent par thème : animaux....D’autres encore, cherchent à libellule et en lisant la définition aperçoivent le mot insecte. Les stratégies de recherche sont très variées, mais les enfants arrivent plus ou moins rapidement à trouver. Après une discussion collective sur les méthodes utilisées par les enfants, ils arrivent à la conclusion suivante : les planches thématiques se recherchent comme un mot et elles sont proches du mot qu’elles concernent. En effet, certains enfants avaient trouvé le mot insecte et pas la planche : il fallait tourner la page.

Les enfants prennent conscience que dans un dictionnaire, on ne trouve pas simplement des définitions, mais qu’il y a aussi des cartes géographiques, des tableaux de conjugaison, les drapeaux des différents pays...

Le dernier objectif de cette séance est de répondre à la question suivante : Quels mots trouve-t-on dans un dictionnaire ?

Créer des définitions

Les enfants ont découvert précédemment la structure d’un article du dictionnaire. Maintenant, je vais proposer aux enfants de définir certains mots de la même façon.

Il s’agit de donner aux enfants la possibilité de s’approprier la structure du dictionnaire. En créant leur propre définition, les enfants rentreront plus facilement dans le dictionnaire.

L’activité est menée avec les CE1 et les CM2. Je demande tout d’abord aux enfants de me rappeler la structure d’une définition, ensuite je leur propose de définir les mots suivants : chaussure, esquimau et triangle. J’ai choisi des mots qui ne posaient aucun problème de signification pour les enfants, et des mots qui avaient plusieurs sens.

Cette activité se terminera par la comparaison des définitions des enfants avec celles du dictionnaire.

Analyse

Les enfants savent-ils créer des définitions ?

Les enfants ont bien retenu la structure d’une définition. On trouve le mot, sa nature, son genre, sa définition et un exemple. Les enfants vont donc pouvoir commencer leurs définitions.

Je vais différencier les productions des CE1 et des CM2 pour l’analyse.

Les enfants de CE1 devaient définir les mots chaussure et esquimau.( cf annexes 9 et 10 )

Pour le mot chaussure, les enfants ont bien compris qu’il ne fallait pas utiliser le mot dans la définition, mais, ils n’ont mis aucun exemple. De même, ils n’ont pas précisé quels étaient la nature et le genre du mot. Cependant, la construction de leur définition est très intéressante : les enfants ont en fait défini ce mot en répondant à la question suivante : à quoi sert une chaussure ?

Pour le mot esquimau, les enfants ont bien pensé aux deux sens de ce mot, ils ont numéroté les définitions et ont donné des exemples.

Lorsque l’on a comparé leurs définitions avec celles du dictionnaire, les enfants ont été surpris de constater qu’ils avaient à peu près la même chose que le dictionnaire. Cela leur a permis de se rendre compte que le dictionnaire n’était pas un ouvrage si compliqué que cela : ils avaient réussi à définir un mot comme dans le dictionnaire.

Les enfants de CM1 devaient définir les mots chaussures, esquimau et triangle. Ils ont bien présenté leur définition comme celles du dictionnaire : le mot défini, la nature, le genre, la définition et l’exemple. Ils ont pensé aux différents sens du mot esquimau, mais on oublie pour la plupart les deux sens du mot triangle.

Les enfants ont eu la même réaction que les CE1 lorsqu’ils ont comparé leurs définition avec celles du dictionnaire.

J’aurais pu proposer aux CM1 des mots à la nature grammaticale variée : des adjectifs, des verbes... afin qu’ils s’habituent à toutes les abréviations.

L’imagination et le dictionnaire

Les activités proposées précédemment étaient très classiques et je voulais montrer aux enfants que le dictionnaire pouvait aussi être utilisé pour des activités qui développent l’imagination.

Il s’agit de donner aux enfants la possibilité d’utiliser le dictionnaire dans des situations plus ludiques et de leur permettre d’oublier son caractère rébarbatif.

L’activité est menée avec les CM1 pendant 30 minutes. Les enfants travaillent toujours sur le Robert Junior.

Je propose aux enfants deux activités : les mots valises et les mots escargots.

Il s’agit, pour les mots valises, de créer un mot nouveau à partir de deux mots connus.

Par exemple, le mot éléfanfare est composé de éléphant et fanfare. Le sens de ce terme neuf se constitue des sens des deux autres mots. Aussi, on pourrait définir éléfanfare comme un éléphant qui participe à la fanfare.

Pour les mots escargots, il s’agit, à partir d’un mot, de trouver une suite de mots répondant à une consigne spécifique. par exemple en partant de piano, on pourrait avoir : piano-noël-élan-lentement-menton-tombola-lapin...

Pour ces deux activités, les enfants ont besoin du dictionnaire pour trouver des mots pouvant s’associer. On se sert, ici, du dictionnaire comme un moyen permettant de s’amuser.

Analyse

L’objectif est de donner la possibilité aux enfants de se servir du dictionnaire pour des activités ludiques.

Ainsi, chercher dans le dictionnaire, dans ce contexte, n’a posé aucun problème aux enfants. Ils ont oublié son volume et son aspect rébarbatif. Ils se sont concentrés sur leurs activités et ont utilisé le dictionnaire, sans se poser de questions.

En observant les enfants pendant la séance et en analysant leurs productions j’ai constaté qu’ils avaient eu systématiquement recours au dictionnaire .

En fait, les activités proposées ne se focalisaient pas sur le dictionnaire, mais tout au contraire, ces activités lui donnaient une raison d’être : le dictionnaire était ici le moyen qui aidait les enfants dans leur travail. C’est pour cette raison que les enfants n’ont émis aucune objection quant à son utilisation, et au contraire sans lui, l’activité n’aurait pas été réalisable.

Conclusion

Ce que j’ai retenu de ma pratique pédagogique, est qu’il faut fournir aux enfants les occasions de se servir du dictionnaire dans un véritable but. Il est certes indispensable de leur apprendre à manipuler le dictionnaire, à rechercher la définition d’un mot...et ce pour familiariser les enfants avec cet ouvrage. Cependant, il faut toujours essayer de ne pas oublier quel est le rôle du dictionnaire.

Le dictionnaire est un outil précieux au service de l’enfant : il les arme face au monde de l’écrit. Il faut donc proposer des activités pour lesquelles les enfants se rendront compte de son utilité. Ainsi, dans ces conditions, les enfants ne considéreront plus le dictionnaire comme un ouvrage rébarbatif, compliqué et peu attrayant, mais au contraire comme un outil indispensable. Cependant, pour profiter de toutes les richesses qu’offre le dictionnaire, il est nécessaire de fournir aux enfants un apprentissage.

En effet, laisser entrer les enfants dans le dictionnaire sans leur expliquer son fonctionnement, c’est s’attendre à ce qu’ils le referment tout de suite.

Ainsi, cet apprentissage doit s’effectuer sur le long terme et quotidiennement afin que les enfants acquièrent des réflexes sur l’utilisation du dictionnaire. Cependant, il ne faut pas utiliser le dictionnaire uniquement dans le domaine du français, il est important de montrer son caractère pluridisciplinaire.

Lorsqu’un enfant ne comprend pas un énoncé de mathématiques, par manque de vocabulaire, il faut lui offrir la possibilité de s’aider du dictionnaire. Cependant, avoir le réflexe dictionnaire est une très bonne chose, mais faut-il encore savoir trouver la bonne définition. Il faut faire attention à la polysémie des mots. En effet, le mot triangle n’aura pas le même sens pour un mathématicien que pour un musicien.

Il est donc indispensable d’apprendre aux enfants à se servir du dictionnaire. Lorsqu’un enfant ouvre un dictionnaire, ses recherches doivent être fructueuses.

Ainsi, il se rendra compte que le dictionnaire est un moyen lui permettant de surmonter certaines de ses difficultés et de ce fait, son comportement face à cet ouvrage sera modifié: il adoptera le dictionnaire.

Le dictionnaire est un outil au service de la langue, mais il apporte aussi une ouverture sur le monde, une réponse à toutes nos curiosités, une invitation au rêve.


Sommaire des mémoires

Mots clés

Début de page